Echec en startup : comment se relever ?

 

Les statistiques démontrent que l’espérance de vie de 50 % des entreprises créées au cours de ces dernières années ne dépasse pas 5 ans. Le secteur des TIC (technologies de l’information et de la communication) est le plus touché par le phénomène, car 38,7 % seulement des entreprises qui y évoluent parviennent à survivre au-delà de 5 années. Toutefois, l’entrepreneur peut rebondir après l’échec de sa startup à condition de faire preuve de beaucoup de courage et de concentration. Comment se relever ? Cette page vous oriente sur la méthode adéquate pour vous aider à vous lancer de nouveau sur le marché dans une telle situation.

 

Pour mieux rebondir : accepter l’échec

Même si un échec entrepreneurial est toujours lourd de conséquences, il est encore plus difficile de pouvoir se relever, car il engendre un choc psychique difficile à accepter et à surmonter. Le lancement d’une startup requiert, en effet, beaucoup de volonté et de travail. Son échec signifie pour certains l’effondrement d’un rêve, la mort de son « bébé ».

Il importe d’admettre une défaite et d’en « faire le deuil » après la période de souffrance. Il est cependant déconseillé de se lancer immédiatement dans un nouveau projet. Il faut s’accorder du temps pour se reprendre, s’accorder une pause pour réfléchir et se ressourcer. À l’instar d’une déception amoureuse, il faut généralement du temps pour s’adapter au contexte avant de se lancer dans une nouvelle relation. La pratique du sport, de la danse, de la musique, les promenades en famille peuvent s’avérer nécessaires afin d’investir son énergie dans d’autres activités que l’entrepreneuriat. Il ne faut surtout pas rester inactif pour préserver le dynamisme et les ambitions de carrière.

Cette période de « réflexion » peut aussi représenter l’occasion de revoir la manière de gérer ses finances personnelles, de remettre celles-ci à flot en se lançant dans de projets qui n’exposent qu’à un risque minimum.

 

Se poser certaines questions

L’échec d’une startup doit être considéré comme une expérience enrichissante sur le plan professionnel et personnel. Le créateur d’entreprise doit alors se poser plusieurs questions qui l’aideront à comprendre ses erreurs. Voici quelques exemples : Ai-je choisi le bon projet ? Toutes les étapes de la création de la startup ont-elles été respectées ? Quel est l’élément ayant déclenché l’échec ? Quelles seraient les raisons qui m’avaient poussé à faire des erreurs ? Ma motivation était-elle suffisante ? Ai-je employé les outils adéquats ? Les objectifs étaient-ils réalisables ?

 

Les principales erreurs à l’origine de l’échec d’une startup

Il existe plusieurs types d’erreurs entrepreneuriales : les erreurs simples, les erreurs stupides, les erreurs complexes et les erreurs compliquées.

Quel que soit leur niveau de difficulté, elles peuvent être résolues d’une manière ou d’une autre. L’entrepreneur doit surtout se focaliser sur les erreurs susceptibles de le faire progresser et de l’aider à se relever. L’optimisme et la résilience constituent les secrets d’un rebondissement.

 

Éviter de refaire les mêmes erreurs

Personne n’est à l’abri d’une défaite. Il importe d’identifier ses erreurs, de savoir en tirer des leçons et de veiller à ne pas les reproduire. L’entrepreneur doit s’octroyer un moment de répit pour consigner par écrit les aléas qui pourraient être à la source du dysfonctionnement. Une analyse dans le détail lui permet de mieux appréhender le contexte et de trouver les solutions idoines qui pourraient l’aider à avancer.

Un problème de comportement, de « savoir-être », est souvent à l’origine des erreurs. C’est le cas d’un chef d’entreprise trop optimiste ou qui n’écoute pas suffisamment ses collaborateurs. L’exploration de ces pistes aide à identifier les erreurs et à bien contourner leurs origines. Les problèmes de comportement sont pourtant difficiles à corriger. Il faut s’armer de patience, d’abnégation et de courage pour y parvenir. Il est tout à fait possible que l’échec ait contribué à la gestation d’un nouveau projet. Dans ce cas, il faut absolument s’impliquer et regagner sa confiance en soi.

 

Rester actif

L’échec d’une startup est susceptible de fragiliser son créateur. Le marché du travail lui reste ouvert s’il ne se laisse pas abattre et aspire vraiment à reprendre confiance en lui-même. Afin de combler d’éventuelles lacunes et renforcer ses connaissances dans son secteur de prédilection, une formation peut s’avérer nécessaire. Le salariat constitue un bon tremplin pour ceux qui n’envisagent pas immédiatement de se lancer de nouveau dans la création d’une nouvelle entreprise. Sinon, il est toujours possible de travailler sur un nouveau projet et s’y engager. Auparavant, il faut penser à suivre une formation spécifique dédiée aux personnes qui souhaitent investir le monde entrepreneurial. La visite de salons et la participation à différentes conférences permettent en outre de rester en phase avec l’univers professionnel.

 

Faire preuve de dynamisme

Garder une attitude positive après l’échec de sa startup constitue un énorme atout pour rebondir. Autrement, l’entrepreneur ne parviendra jamais à se reprendre. Il ne doit pas se laisser abattre et doit se fixer un objectif : recommencer l’expérience. Il importe de reprendre rapidement les choses en mains et de regagner toute sa vitalité. Sans ce nouveau dynamisme, il ne sera pas capable de diriger son entreprise. Un mauvais management l’expose à un second échec. Alors, il est conseillé de se remettre de ses émotions le plus vite possible, de reprendre le dessus et de surpasser les obstacles.

 

Ne pas s’isoler

S’entourer de personnes de qualité est recommandé lors de la création d’une startup. Un accompagnement performant est aussi indispensable pour aider l’entrepreneur à rebondir après un échec. Le soutien des proches constitue un élément primordial pour faciliter la relance puisqu’il permet de se sentir plus fort. Alors, il ne faut surtout pas s’isoler après une déconvenue professionnelle. Une personne qui préfère rester seule ne cesse de broyer du noir. Ce qui l’empêche de retrouver le dynamisme nécessaire pour rebondir.

 

En conclusion

L’échec entrepreneurial peut arriver à tout le monde. À titre d’exemple, Walt Disney et Bill Gates ont dû faire face à une multitude d’obstacles avant de rebondir et de connaître ces réussites spectaculaires qui font leur renommée. La plupart des créateurs de startup ne baissent pas les bras après un premier échec et ont retenté leur chance. Nombreux sont ainsi ceux qui sont parvenus à se relever. Les conseils délivrés dans cet article vous seront d’une aide précieuse pour vous relancer dans l’univers entrepreneurial.

Laisser un commentaire