Devenir marketeur de l’année en 3 étapes

Un marketeur donne de la valeur à un produit ou un service qu’il met en vente. Mais comment trouver de la réussite dans l’exercice de métier ? Voici des éléments de réponse à cette question.

S’impliquer dans son métier

Un marketeur peut aussi bien réussir ou non. Il doit aimer son métier, l’étudier en profondeur et le comprendre dans les moindres détails. Un bon marketeur doit être réactif, persévérant, résistant à l’échec, curieux et optimiste. Il s’inspire des idées extérieures (sondages clients, études, analyses concurrentielles, tendances du marché, conférences, etc.). Il met en pratique et expérimente les nouvelles idées. Il reste en contact avec d’autres professionnels pour débattre, échanger ou partager (networking, groupes virtuels, club d’affaires, équipes, etc.). Un commercial est un challenger qui doit être capable d’expliquer et de mesurer ce qui a fonctionné (ou pas).

Un marketeur est un vendeur qui crée la valeur sur les marges et le chiffre d’affaires d’une entreprise. Il défend le prix d’un produit ou service, ferme une vente avec un client, encaisse un chèque ou désamorce une objection. Ce sont les bases fondamentales d’une vente. Pour ce professionnel, un prospect est différent d’un client dans la mesure où il convainc de nouveaux clients et génère des ventes additionnelles avec les clients existants. Dans le premier cas, il utilise des stratégies d’acquisition gagnantes et dans le deuxième cas, il fidélise grâce au marketing relationnel. Ce dernier les transforme en ambassadeurs de marque. Même après l’acte d’achat, il faut continuer à collaborer avec le client et individualiser la communication avec lui. Celui-ci donnera un retour sur le produit, permettant de déterminer son évolution. Les anciens clients ont besoin de reconnaissance. Ils veulent être satisfaits avec une offre personnalisée par rapport à leur relation avec l’entreprise et leur historique d’achat.

Connaître les véritables missions d’un marketeur exceptionnel

Pour faciliter la commercialisation d’un produit, le marketeur doit se servir des réflexes techniques. Il propose des produits personnalisés au maximum qui répondent précisément aux attentes des clients. Pour cela, il étudie les prospects et les clients avec la méthode des personas. Ainsi, il définira le canal et l’approche commerciale pour les attirer.

Autant que possible, le marketeur personnalise son offre. Il envoie un mail unique aux clients et leur propose les bénéfices des services, des produits, des politiques de prix et du positionnement. Il utilise un levier personnalisé et adapté à la cible pour optimiser les affinités. Pour traiter chaque prospect de manière individuelle, ce professionnel doit disposer d’une base de données de qualité, mettant en avant chacun des clients. Des outils gratuits et payants sont proposés en ligne pour ce type de bases de données avec des opt-ins et des auto-répondeurs. Par conséquent, le marketeur disposera des renseignements relatifs aux goûts, à la profession, à l’âge et aux habitudes d’achat de chacun. Grâce à cette base de données, il améliorera sa stratégie avec les analyses comportementales de chaque profil.

Un bon marketeur doit savoir gérer son intensité commerciale. Il ne doit pas relancer les prospects à tout moment en remplissant leur boîte mail. Une bonne maîtrise de la pression commerciale lui permet de réaliser une vente. C’est pourquoi ce professionnel doit garder l’historique des actions marketing de chaque cible. Il se servira du split testing pour évaluer objectivement les retours des actions marketing. À travers chacune de ses actions, il synthétise les résultats et détermine laquelle est la meilleure.

Adopter le bon comportement

Devenir un marketeur demande des compétences dans divers domaines. Il faut être passionné par le métier, l’étudier et le comprend dans les moindres détails. Un commercial suit une formation théorique et pratique sur des sites web. Il existe aussi des livres blancs payants et gratuits sur le web-marketing et le marketing général sur Internet. Les livres de marketing général qui datent d’il y a 30 ou 40 ans sont aussi intéressants. Un marketeur exceptionnel coûte cher car dans le cas contraire, il est moins fiable et n’est pas respecté. Toutefois, il doit rester raisonnable pour fixer son prix.

Convaincre et pousser les clients à acheter ne suffisent plus pour vendre un produit ou un service. Le commercial doit guider les prospects dans leurs émotions. Le commerce cognitif montre aux clients les bénéfices qu’ils peuvent tirer dans leur développement personnel. L’idéal serait de se former au marketing web pour savoir parler de manière performante. Bien choisir les canaux de distribution les plus rentables garantit aussi une meilleure persuasion. Le marketeur investira dans les canaux les plus performants. Il étudie les volumes de vente générés par chaque canal, informera les commerciaux et ensemble, ils s’investiront dans les tournées de ventes pertinentes.

Un système, une technique et un process marketing ne suffisent plus comme bases du marketing. Ce domaine est en constante évolution et se renouvelle sans cesse. Avec les nouvelles applications et technologies, la créativité est multiforme et multicanal. L’idée est d’améliorer les produits existants et d’innover les produits élaborés avec de la simplicité, de l’ergonomie et de l’exhaustivité. Le marketeur doit utiliser des services compréhensibles et faciles à utiliser comme les interfaces « user-friendly ».

En émettant de bonnes idées, un marketeur doit les appuyer avec des stratégies solides dans le lancement d’un projet. Pour garantir la réussite d’une campagne marketing, il faut respecter 5 facteurs à savoir l’inspiration, la connexion, l’organisation, la concentration et la construction. Le marketeur doit anticiper les besoins du client et connaître l’utilité finale du produit qu’il veut se procurer.

Trouver des idées, c’est bien, les sortir au bon moment, c’est encore mieux comme le cas de Snapchat, sorti au  moment où le poids des images était discuté. Pareillement pour les techniques du newsjacking et de la veille du marché, utiles en relations presse et en marketing. La digitalisation est une forme répandue et tendance pour se faire suivre et mettre en avant les expertises d’un marketeur. À travers les réseaux sociaux, le marketeur peut dialoguer et collaborer directement avec les prospects.

Pour soutenir financièrement un marketeur dans sa stratégie, il existe de nouveaux moyens de financement : Ulule, KissKissBankBank, My Major Company, Lymo, etc.

Laisser un commentaire